Jacques Sigot dit Tchopa – { Yacoub }

Likez, aimez, invitez, partagez !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

jacques-sigot

La bataille de mon ami Jacques Sigot alias Tchopa, Un homme passionnant avec qui j’ai beaucoup appris sur les gens du voyage ainsi que sur le camp de Montreuil Bellay, le plus grand d’internement des Gens du Voyage internés par l’administration française durant la seconde guerre mondiale.

“ La mémoire est un devoir, l’oubli est une faute …”

J’ai pu travailler sur un projet professionnel riche en émotion, un projet pour que la mémoire des internés  des camps d’internements par l’administration française ne soit pas occultée, camp d’internement ou les membres de la famille Henrique de Châtellerault furent  internés

Mr Henrique

voici la biographie de Jacques Sigot :

Né fin janvier 1940, il passa ses premières années, marquées part la mort de sa mère, à Bois commun, près d’un autre camp de nomades, celui de Beaune-la Rolande. Puis il se trouva très tôt jeté dans la vie. Dès l’âge de onze ans, il suivait les batteuses, l’été, sur la plaine beauceronne, berceau de ses deux familles, pour aider à payer en partie les frais de sa scolarisation.

Entré en 1956 à l’Ecole Normale d’Instituteurs d’Orléans, il dut en changer pour une autre, dans l’Oise, où il échoua plusieurs fois, volontairement, au baccalauréat, refusant ainsi de se battre en Algérie.

Il devint néanmoins instituteur, et vécut en autodidacte une période de poésie, dont témoigne aujourd’hui un recueil.

Ce fut ensuite, au lieu du service militaire, la coopération (1966) et, dit-il, « la découverte passionnée d’une autre civilisation que la France a voulu moderniser par ignorance ou par suffisance ».

Retour enfin au pays (1973), dans l’Anjou rencontré et aimé treize années plus tôt.

Après cette longue errance à la recherche d’une identité, la publication de deux ouvrages régionalistes, Jacques SIGOT s’attache ici aux pas des Gens du Voyage que la guerre avait cloués un jour dans la ville où lui-même a jeté l’ancre : Montreuil-Bellay

Grâce à son acharnement , l’ancien camp de Montreuil-Bellay, où ont été internés les Tsiganes pendant la Seconde Guerre mondiale, fut classé monument historique et une reconnaissance officielle de l’état le Samedi 29 Octobre 2016.  Après avoir travaillé près de quarante ans sur le sujet, Jacques Sigot, estime que la reconnaissance est «quelque chose d’extraordinaire»

Le Président de la République François Hollande a reconnu la responsabilité de la France dans cette tragédie à l’occasion d’une cérémonie nationale du souvenir organisée sur les vestiges d’un camp d’internement de Tsiganes datant de la Seconde Guerre mondiale. François Hollande a inauguré une stèle mémorielle sur place

Voilà plus de trente ans que les Tsiganes de France attendaient cette reconnaissance.

son blog : http://jacques-sigot.blogspot.fr


Likez, aimez, invitez, partagez !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire